Archives de catégorie : Vivre au présent

MON REFUGE

Le 6 novembre 2020

L’instant présent
Est mon refuge
Mon home
Ma source de bonheur
Mes pensées veulent s’envoler
Vers demain
Pour y accumuler des soucis
Ou vers hier
Pour tenter sans succès
De faire revivre des passés éteints
Si je laisse mes pensées gagner
Mon présent disparaît
Englouti dans l’illusion
Happé par mille démons Qui
tournoient dans le vide D’un
mental déboussolé
D’un flot de pensées malades
Dont l’écran de fumée
Cache la lumière qui donne vie à la vie
Pour calmer ce mental affolé
Confus, désordonné
Déchiré entre mille idées contradictoires
Je centre mon attention
Sur les sensations de mon corps
Je sens ma respiration
Je m’étire, je bâille, je soupire
Je lâche mes émotions
Par des gestes et des sons
Pour entrer dans ce bien-être
Qui ouvre naturellement la porte
Du palais de l’instant présent Oui
c’est un palais
Vibrant d’une lumière intense et douce
Cette lumière qui est la mère
De toute être de matière
Cette lumière qui est le cœur du monde
Et palpite en chaque atome
Cette lumière qui illumine
Du dedans
Tout ce qui est vivant
Ainsi peu à peu je cesse d’exister
Sensations, émotions, pensées Ont
disparu
Je commence à vivre, à m’éveiller
Dans une autre réalité
Je deviens être de lumière
Immortel, éternel, illimité, infini
Mes atomes sont des galaxies
Des milliers d’univers m’accueillent
Des galops d’étoiles
Me traversent en riant
J’assiste, enchanté
A la création de nouvelles formes de vie
Je participe aux grands mystères
En acteur passionné
Je suis un avec tout ce qui vit
Tout ce qui aime
Tout ce qui luit Et
je me donne Je
suis en extase
Car l’amour et la lumière sont partout
Elles créent, manifestent, expriment
Tout vient d’une seule source
Et ma conscience peut s’unifier à elle
Dans une félicité émerveillée !

Christian Tal SCHALLER

Olivier de Kersauson : Le jour où je vais disparaître…

Le 21 août 2019

Très beau texte dans lequel Olivier de Kersauson parle de sa perception de l’instant présent et de la bienveillance envers la vie.

Olivier de kersauson – Le jour où je vais disparaître

Le jour où je vais disparaître, j’aurai été poli avec la vie car je l’aurai bien aimée et beaucoup respectée.
Je n’ai jamais considéré comme chose négligeable l’odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c’est bien, mais l’exaltation du présent, c’est une façon de se tenir, un devoir.

Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l’on voudrait avoir, on ne s’émerveille plus de ce que l’on a. On se plaint de ce que l’on voudrait avoir. Drôle de mentalité! Se contenter, ce n’est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l’on a, c’est un savoir vivre.

Source:
Chemin De Vie, Le Jour Où Je Vais Disparaître

À lire aussi, la biographie d’Olivier de Kersauson, navigateur, chroniqueur et écrivain français, sur Wikipédia

Améliorer son futur par la vibration de son instant présent

Le 30 janvier 2017

Avant… c’est le passé, qui engendre la vibration, la charge électromagnétique qui nous construit et attire à nous l’écho de sa fréquence. Après… c’est le futur qui ne sera qu’une suite de moments présents adaptés à la fréquence que nous vibrerons. C’est donc moment présent par moment présent que nous pouvons tout changer; En changeant une fréquence, en positif ou négatif, nous envoyons une transformation pour l’instant juste d’après… et ceci crée des possibilités de futurs différents.

Il n’y a pas un futur, mais des millions de futurs possibles, car des millions d’instants présents vibrant différemment.

Beaucoup de personnes ont peur et agissent en se renfermant sur elles-mêmes, en procrastinant, en tremblant de peur et en oubliant d’agir en co-créateurs. Les structures mondiales vont mourir pour renaitre avec plus de solidarité, d’unité, de paix et de respect.
L’éducation, le système de santé et de nourriture, la politique, les finances… tout va se transformer et s’éclairer.

C’est donc de la confiance qu’il faut avoir, sans tomber dans l’utopie que tout va se faire en un jour et sans intervention humaine. C’est justement la prise de conscience et la transformation de chaque humain qui compte.

Si ‘Je’ me change, je change ma fréquence, j’attire sur la nouvelle fréquence les événements et personnes qui vibrent sur la même.
Si une majorité d’humains se change, c’est le monde entier qui est obligé de s’élever.

Il est de plus en plus urgent, pour les personnes qui veulent aider à cette transformation d’agir. De libérer les barrages des peurs, des pensées lourdes : (critiques, dévalorisation, orgueil, pitié, indifférence…). Couper aussi avec des émotions qui bloquent l’élévation (victimisation, rejet, culpabilité, impuissance, tristesse, solitude…).

Libérer le passé pour un futur libre.

Il existe des centaines de méthodes de libération. Il est bon de trouver celle qui marche le mieux pour soi et de la pratiquer. Chaque jour ou au minimum trois fois par semaine, et, aussitôt de remplacer le vide créé par la libération par le programme positif adéquat.

Par exemple, la libération de la peur du manque doit se faire aussitôt par l’assurance de l’abondance illimitée permanente.
La libération de la peur de la souffrance par l’assurance du bien-être paisible permanent.

Beaucoup de personnes libèrent mais ne comblent pas aussitôt ce vide en conscience. Elles restent sur la fréquence de la souffrance de ce qui les gênait.
Il se passe alors un phénomène tout naturel : le vide attire à lui un programme en résonance fréquentiel. Et le cercle vicieux continue.

Alors elles pensent que la méthode ne fonctionne pas et arrêtent et se sentent frustrées encore plus.

Il est donc important, de libérer en conscience, de monter l’énergie par un moment de joie, une musique appropriée, des sons spéciaux ou autre. De combler le vide sur une fréquence plus élevée. C’est ainsi que tout peut s’améliorer rapidement.

Que le meilleur soit !

Joéliah/

Lire l’article ofiginal ici (nouvelle fenêtre)

Qu’est-ce que signifie Ayom ?

Le 12 janvier 2017

Cher lecteur, il t’est peut-être arrivé, en visitant les pages de ce site, de te demander pourquoi il porte le titre de « Un Moment Pour Toi » tandis que la grande majorité de ses pages, en commençant par celles qui présentent mes pratiques de bien-être, t’invitent principalement à te reconnecter à ta pure vibration du moment présent. Pour ne citer que quelques exemples: Tu as découvert cet article parce que tu es entré ici par la porte d’une rubrique qui s’intitule… « vivre au présent » ! Tu y trouves pléthore de citations et de textes inspirants pour profiter au mieux de l’instant qui passe… Tu cherches comment t’enraciner dans le moment présent? Demande-moi ta lecture d’aura, c’est ton esprit lui-même qui, transitant par ma voix, fera son propre état des lieux juste ici et maintenant. Tu veux renouer dès à présent avec l’abondance de la vie et que celle-ci remplace tes vieux schémas de pensée? Une séance d’Access Bars ne manquera certainement pas de t’y aider! Quant à la formule « juste pour aujourd’hui », elle marque le début de chacun des cinq idéaux du Reiki, comme tu le sais si tu as lu ne serait-ce qu’une fois la page d’accueil de ce site. Alors, pourquoi « Un Moment Pour Toi » et pas « Juste Pour Aujourd’hui » par exemple? Eh bien, histoire de te faire pénétrer quelque peu dans les coulisses de la création de cette maison virtuelle que tu viens aujourd’hui visiter, figure-toi que ce début commun à tous les préceptes du Reiki aurait normalement dû lui tenir lieu de nom. Plusieurs raisons d’ordre essentiellement technique ne l’ont pas permis, et c’est finalement la formule par laquelle Françoise, mon maître de Reiki, introduit généralement chacun de ses soins: « C’est un moment pour toi… », qui a été retenue pour la mise au monde du présent espace. Mais alors… que vient faire Ayom dans tout ça ? Cher lecteur, je t’encourage à poursuivre la découverte de cet article, la réponse arrive!

Ayom, un signe de l’Univers

Les spécialistes en numérologie explorent la symbolique des chiffres, ce qui n’est guère mon cas, n’ayant jamais nagé spécialement à l’aise dans l’univers de l’arithmétique. La psychogénéalogie voit des signes dans les coïncidences des dates de naissance et de décès, trouvant également matière à signification dans les lettres qui composent les prénoms et noms de personnes. Pour ma part, j’ai toujours été attirée par les mots et en particulier les jeux de lettres, anagrammes entre autres. On sait, et ma récente formation à l’activation de la glande pinéale est venue me le confirmer, que les mots mais plus encore les sons qu’ils recèlent sont autant de vibrations dont les fréquences peuvent agir directement en bien sur le corps et l’esprit. Intéressée au plus haut point par les langues dans lesquelles sont écrits les textes sacrés des grandes traditions spirituelles, j’ai eu un jour l’une de ces inspirations dont l’Univers nous fait cadeau et qui sont autant de perches fabuleuses à saisir, d’occasions à ne pas manquer: je me suis demandé comment pouvait bien se dire le mot « aujourd’hui » en hébreu, sachant sans pouvoir donner à cela la moindre explication, que ce mot, ou plus précisément les sonorités qui le composent, auraient forcément quelque chose à me dire. Une recherche rapide n’allait pas tarder à conforter mon intuition: en Hébreu, le mot « aujourd’hui » se dit : »Ayom », un vocable fait pour moi de deux éléments qui pourraient se décliner comme un rébus ou une charade: AY, mes initiales, et Om, le son sacré par excellence puisqu’il est connu comme le tout premier jamais sorti de l’Univers. Om, c’est la salutation primordiale de l’Univers, le mantra des mantras. En résumé, Ayom, cela signifie « aujourd’hui », une réalité trop oubliée dans un monde qui si souvent, pleure ou rumine le passé, ou encors s’illusionne ou s’inquiète, la plupart du temps à tort, pour son avenir. Ayom, cela signifie simplement que moi, ce qui m’intéresse, c’est le moment présent! Ce même message, c’est aussi celui d’Amma qui nous dit: “Que vous l’appeliez “lâcher prise”, “instant présent”, “ici et maintenant”, “vivre au jour le jour” ou d’un autre nom, tout cela est une seule et même chose. » L’Univers m’a donc révélé que parmi ces autres noms, l’un des miens est… Ayom!

Paix intérieure et instant présent, deux facettes d’un même diamant !

Le 13 octobre 2016

Il est impossible de faire l’expérience de la paix sans posséder un cœur innocent, semblable à celui d’un enfant. »

(Amma)

Ni attente frustrante, ni vaine déploration, juste accueillir l’instant présent. N’est-ce pas là le plus sûr moyen de se maintenir en paix ? Voici deux approches pratiques de ce principe, comme deux facettes d’un même diamant !

Vivre en paix, à l’instant présent

C’est toujours à l’intérieur de vous que se trouvent les solutions. Et c’est toujours par l’amour que vous pouvez guérir et que vous pouvez harmoniser votre vie.

La souffrance de la séparation est toujours très vive lors d’un décès mais si vous arrivez à vivre dans l’instant présent au lieu de vous projeter dans ce qui s’est passé ou de penser à ce qui aurait pu être ou qui ne sera plus, alors vous pouvez trouver et vivre la paix intérieure.

Ceci est aussi valable lors de toutes séparations, de la perte d’un emploi, d’un lieu aimé, d’un vol…

La souffrance se manifeste par l’activation de mémoires, par une projection de films intérieurs qui font que vous êtes soit dans le regret, soit dans un futur souffrant nourrissant le manque. Pratiquez le silence et ramenez votre conscience sur un point précis qui vous réjouit.

Si vous vivez dans l’instant présent à profiter de ce qui vous entoure, à remercier d’être en vie, de pouvoir faire plein de nouvelles choses, d’utiliser vos sens et de bénir la vie, alors la vie va vous combler : la vie va vous apporter l’amour, la paix et la sérénité et vous vivrez dans un état de grâce qui soulage et permet d’avancer sereinement, moment présent après moment présent.

Joéliah /
Article original dans Le Jardin de Joéliah

<"La vraie paix n'est pas le contraire de l'agitation. Elle est absence d'agitation. C'est un état de détente et de repos complet. La vraie paix est un sentiment profond qui envahit le cœur tout entier dès lors que nous nous libérons des pensées du passé."/blockquote> Amma

En pratique, qu’est-ce qui m’empêche d’être en paix ?

On nous parle souvent du moment présent comme étant une cl
ef de compréhension de notre nature divine mais comment l’appliquer ?

Eh bien, des questions commençant par « qu’est ce qui t’empêche MAINTENANT de ….. » sont une belle clef pour la paix.

Voyons dans l’exemple :

– Qu’est ce qui, maintenant, t’empêche d’être en Paix ?

À cette question arrivent, souvent, des notions qui appartiennent à une angoisse du passé ou une peur du futur ou des objectifs de ce futur.
Alors, en vérité, ici et maintenant, dans le moment présent, souvent, rien ne m’empêche d’être en paix, de faire une petite pause et de bien me caler dans ce moment précis.

Je me crée alors un espace où, pour quelques minutes seulement, je suis là, ça va bien, je laisse mes conflits au passé et au futur, ICI, LA et MAINTENANT, ça va bien…. je suis en paix, je lâche, je parle à mon mental et je lui demande de me laisser tranquille 5 mn…

Cet exercice, dans la pratique devient simple, pratiqué quelques fois par jour, il peut changer votre vision du monde et une pause de 5 mn dans cet état de paix vous rendra bien plus « performant » que vos angoisses.

– Qu’est ce qui, maintenant, t’empêche d’être heureux ?

Sans aucun doute les « objectifs », encore dans le futur qui viennent dire « quand j’aurai ceci ou cela…. » , « quand je serai avec celui ci ou celle la »…….. mais là, pourquoi n’es tu pas heureux d’avoir ce que tant de personnes aimeraient avoir pour être heureux? Tu as un travail, une maison, une famille…. songe à ceux qui pensent « quand j’aurai un travail, je serai heureux…. etc. »
Vois bien cela en toi et tu verras que tu as déjà des raisons d’être heureux mais ici, le bonheur mental est comme un arc en ciel, plus on s’en approche, plus il semble s’éloigner et on se donne une nouvelle cible sans s’apercevoir que voir de loin l’arc en ciel est déjà une part de bonheur.

Alors, regarde, souvent, tu as un corps qui fonctionne, des circonstances de vie qui mériteraient ce bonheur, ce côté joyeux ici et maintenant.

Voilà 2 petits exemples d’application du moment présent en nous, c’est simple en fait et ça change tout !

Bénédictions

Sylvain Didelot
« Appliquer le Moment Présent », chronique trouvée sur >La Presse galactique

Savourer l’instant présent, ralentir et prendre le temps

Le 10 septembre 2016

Si on s’arrêtait un peu… Et si on prenait le temps de le savourer, cet instant présent, de vivre cette vie dans toute sa plénitude…

Instant présent: prendre le temps de le savourer

Est-ce que votre regard a déjà capté ces étoiles de neige scintillantes sur le sol.

Notre terre, qui, toute vêtue de blanc, se marie chaque année, à l’Univers ?

Avez-vous déjà été interpellés par les flammes or et ambrées d’un feu dansant joyeusement dans la pénombre ?

Que dire de cette lune opalescente qui, inlassablement, illumine nos nuits ou de ces arabesques de givre, tels des prismes, qui enjolivent nos fenêtres.

Ce sont des fastueux cadeaux emballés dans le quotidien comme si la bienveillante présence de l’Esprit venait nous étreindre tendrement. Laissons-nous courtiser par la vie…

Durant leurs études, on encourage les jeunes à se joindre à de nombreuses activités Au travail, on s’attend à ce que la personne soit toujours plus performante, plus productive, et qu’elle prenne une multitude de responsabilités.

Dans nos propres maisons, nous avons une liste sans fin de tâches à terminer ou de trucs à réparer.

S’il n’y a rien de suspect à cette frénésie, pourquoi tant de gens sont-ils aussi malheureux à courir après la prochaine heure, après leur bonheur ?

Tout ce qu’on doit faire pour avoir nous empêche trop souvent d’être…

D’être en paix pour pouvoir contempler le sacré, la magie et la poésie au fil des jours.

Abbie Graham écrivait que Dame Fortune est une merveilleuse visiteuse qui se présente régulièrement les bras chargés de présents : le cadeau de moments de grâce, le don des aurores ou d’un éventail de saisons colorées.

Il est donc possible selon certains chercheurs de bonheur de découvrir des présents dans l’écrin du Temps. Pour tamiser le quotidien, transcender la banalité de l’ordinaire, il faut peut-être juste ralentir un peu…

Il s’agit de faire ce qu’on peut, avec ce qu’on a, là où on est…

Cosmique Geisha

6 techniques pour savourer l’instant

Ici et maintenant, « vivre le moment présent »… Ces notions fondamentales de la philosophie zen sont aujourd’hui récupérées et considérées comme des remèdes antistress dans une époque survoltée. Or il existe bel et bien une approche zen du temps, plus subtile et raffinée que ces incantations contemporaines. Elle nous enseigne la façon de contrôler le flux du temps qui passe sans se laisser contrôler par lui. Elle nous apprend aussi que le temps est une illusion, un principe très relatif. Il existe en nous des espaces intérieurs où les secondes ne s’écoulent plus, des espaces illimités où les distances ne comptent plus, nous disent les maîtres zen.

Les années 1980 prônaient une gestion du temps tous azimuts, agenda et montre en main, dans une logique de performance et de réussite professionnelle. Il est temps de l’appréhender autrement, à des fins de bien-être individuel. Pour être capable d’appliquer au quotidien le fameux « ici et maintenant » et accéder à une nouvelle « maîtrise », c’est d’abord notre attitude intérieure qu’il s’agit de changer.

Faire de son temps une œuvre d’art

Maîtriser, mais au sens artistique du terme cette fois, c’est-à-dire être en pleine possession d’une technique, savoir l’oublier pour se laisser aller à l’inspiration du moment, reconnaître que l’on ne peut pas tout contrôler, se rendre disponible à soi-même et aux autres. Apprendre cet art du temps ne se fait pas avec un chronomètre. Les artistes le savent : ils vivent « hors du temps » et organisent leurs journées en fonction de leurs élans créatifs. Leur véritable travail, c’est d’affiner leur technique, d’être à l’écoute du monde. En se laissant guider par leur rythme intérieur, ils n’ont généralement pas besoin de loisirs pour se détendre. Pour eux, vivre le temps, c’est vivre la liberté. Et l’exprimer.

Dans ce nouvel espace-temps, il est vain de lutter. Regardez les maîtres en arts martiaux : ils ne luttent pas contre leurs adversaires, mais absorbent leurs mouvements pour mettre en œuvre leur force intérieure. Si, au lieu de combattre le temps pour le « tuer », on l’absorbe, si on le considère non comme un adversaire mais comme un allié, il devient alors un espace créatif, un temps en soi, ouvert à tous les contenus, où toutes les activités peuvent coexister.

Voici six techniques pour reprendre conscience de la nature du temps et cultiver celui-ci comme un art de vivre.

1. Définissez vos priorités

« Qu’est-ce qui compte le plus pour moi dans la vie ? » Voilà la première question à vous poser. Pour y répondre, prenez une feuille de papier et faites la liste de toutes les activités que vous pratiquez en dehors de votre travail et des bases de la vie familiale : sports, bricolage, promenades, télévision, shopping, soirées, lecture, cinéma, jardinage, vie associative, bénévolat… Classez ensuite ces activités en quatre catégories :

A Cette activité est-elle vitale pour moi ?
B Est-elle importante, mais pas essentielle ?
C Est-elle peu importante ?
D Est-ce une perte de temps ?

Vous découvrirez probablement que vous passez beaucoup de temps à faire des choses inutiles, qui vous pèsent, dans lesquelles vous ne vous reconnaissez pas ou plus. Aussi, éliminez systématiquement de votre agenda les activités placées dans les catégories C et D. Ensuite, réorganisez votre emploi du temps autour des activités des catégories A et B, en respectant ces deux règles élémentaires : vos priorités doivent être concrètes et précises pour pouvoir en apprécier immédiatement les résultats positifs ; elles doivent donc être réalisables facilement, et concourir à votre plaisir.

Bénéfice: cet exercice de base vous aidera à clarifier votre esprit, et vous incitera à vous réapproprier votre vie et votre emploi du temps.

2. Oubliez votre montre

Il est possible de vivre sans montre, par exemple en consultant parfois son téléphone portable. L’absence d’aiguilles a même un avantage : elle oblige à prendre conscience de l’instant, et non à calculer le temps qu’il reste. Un matin, oubliez délibérément votre montre. Vous allez ressentir un moment de panique, comme si vous vous lanciez dans la jungle sans matériel de survie. En cas de besoin, demandez l’heure dans la rue, regardez votre écran d’ordinateur au bureau, jetez un œil sur la pendule de la cuisine à la maison.

Bénéfice: cet exercice vous permettra de vous détacher de la perception extérieure, physique, du temps qui passe. Il conduira à privilégier vos sensations intérieures et à mieux prendre conscience du moment présent.

3. Inventez un rituel

Voilà un petit arrêt dans le temps que vous pourrez facilement aménager. Les rituels existent depuis toujours et, qu’ils soient païens ou religieux, collectifs ou personnels, ils ont été pratiqués pour que nous puissions nous relier à nous-même, à notre force intérieure. C’est pourquoi ils jouent un rôle important dans notre équilibre psychique. S’asseoir pour méditer dix minutes tous les matins, s’arrêter pour faire une pause thé à 16 heures tous les jours, allumer une bougie et faire une minute de silence pour la santé de nos proches, lire une histoire en famille, sortir faire une marche…

Peu importe la nature du rituel que vous choisirez, à condition qu’il ne soit pas fait à la va-vite, comme on prend de justesse un médicament que l’on a failli oublier : il doit être fait en pleine conscience de l’« ici et maintenant ».

Bénéfice: en vous obligeant à vous concentrer, à focaliser votre pensée et votre attention, votre rituel vous aidera à faire le vide pendant quelques instants, à libérer vos tensions intérieures et à retrouver une certaine assurance pour la suite. Le rituel marque toujours un avant et un après, et permet de passer d’une activité à l’autre dans de meilleures dispositions.

4. Ralentissez vos gestes

Choisissez une activité quotidienne que vous faites mécaniquement (prendre une douche, ranger vos vêtements, faire du jardinage, etc.). Lorsque vous avez fait votre choix, avant de la commencer, prenez une lente et profonde inspiration et ralentissez à l’extrême tous vos mouvements, comme si vous étiez en apesanteur. Concentrez-vous sur votre posture, sur chacun de vos gestes, sur l’objet que vous tenez, sur le contact physique avec l’objet. Focalisez ensuite votre attention sur vos muscles et sur la façon dont vous respirez. Vous allez prendre conscience d’une quantité de détails qui vous échappent habituellement, comme la sensation de l’eau sur vos épaules, l’odeur du linge dans l’armoire, la caresse de l’herbe sur laquelle vous marchez…

Bénéfice: ralentir ainsi vos mouvements vous permettra non seulement d’instaurer le calme intérieur en quelques minutes, mais aussi de renouer le contact avec vos sens, de redécouvrir physiquement votre environnement.

5. Cassez une routine

La routine fait disparaître la conscience du présent. Certaines habitudes nous font certes gagner du temps, mais elles endorment également la vigilance, la présence à soi-même. Pour remettre l’esprit en éveil, relevez, dans votre vie quotidienne, une activité que vous pouvez considérer comme une routine, puis changez un paramètre. Vous allez faire vos courses tous les samedis à 17 heures ? Pour une fois, décidez de les faire à 13 heures. C’est vous qui préparez le repas le dimanche midi ? Passez commande chez un traiteur, demandez à vos enfants de s’en occuper, allez au restaurant… Changez d’itinéraire pour vous rendre au bureau, essayez une nouvelle boulangerie, restez chez vous pour lire un livre plutôt que d’aller au cinéma…

Bénéfice: cette attitude vous permettra de comprendre que vous vivez mieux et plus intensément en étant conscient de vos choix. Vous aurez ensuite de plus en plus envie de vous faire régulièrement ce genre de surprises… et d’en faire aux autres.

6. Ne faites rienÜ
Si vous appelez un temps libre un temps mort, c’est que vous avez probablement l’impression de perdre un peu de votre vie. « Ne rien faire », en effet, peut être très angoissant. Ce n’est pas « prendre du temps pour soi », c’est tout simplement… ne rien faire. Tout au plus s’asseoir à la terrasse d’un café, un thé à la main, et attendre. Quoi ? Rien… Cette pause dans le temps, les artistes la connaissent bien. Pour eux, c’est une « mise en disponibilité » pendant laquelle l’inspiration peut survenir. Au cours de votre journée, arrêtez-vous de temps en temps. Asseyez-vous dans un coin de la cuisine, sur un banc du jardin, allongez-vous sur votre lit en regardant le plafond. Expérimentez le moment présent en vous disant : « Je ne fais rien. »

Bénéfice : ces moments de « jachère psychique » permettent de rompre avec le rythme quotidien et de laisser l’esprit vagabonder. Ne rien faire est une façon de renouer avec votre vie intérieure, de vous ouvrir à de nouvelles idées, d’écouter vos intuitions.

Dossier complet et références à découvrir sur le site de Psychologies

À lire aussi, pour aller plus loin:
Pourquoi ne rien faire est bon pour nous

Le présent est fait du passé et du futur

Le 5 août 2016

Le temps est si éphémère que cette ligne que vous venez de lire fait déjà partie du passé, et le futur est ce à quoi je pense quand je réfléchis à ce que je vais écrire ensuite. Que nous reste-t-il, alors ? le présent …

Le passé s’est enfui, ce que vous attendez est absent, mais le présent est à vous.

Le passé est ce que nous étions

Le passé est important pour connaître nos erreurs et nos réussites. Y penser est fondamental pour comprendre notre présent.

Notre parcours a besoin d’avoir un sens, et savoir d’où nous venons est fondamental pour savoir dans quelle direction nous allons.

Analyser ce que nous avons fait et réaliser des comparaisons avec le moment que nous vivons actuellement nous aide à créer un fil argumentaire qui raconte notre vie.

Sans souvenirs, nous ne serions personne. Même la mémoire émotionnelle, celle qui s’appuie sur les souvenirs que vous n’êtes pas capable de décrire précisément, mais qui se nourrit plutôt des sensations, est fondamentale pour comprendre qui nous sommes.

Il n’est pas bon de vivre constamment ancré dans les souvenirs négatifs. Comme si, en les analysant encore et encore, nous pouvions finalement faire changer les choses immuables.

Ce sont des pensées qui nous assaillent et qui sont une réponse à la question suivante : que serait-il arrivé si…?

Il est bien sûr important d’extérioriser le mal-être que ce type de questions font naître chez nous et qui paralysent notre présent et notre futur.

Parce que le passé s’appuie sur notre langage, c’est l’histoire que nous nous racontons à nous-mêmes.

Si ces mauvais souvenirs se sont figés dans notre mémoire, c’est souvent une bonne chose d’aller voir un psychologue pour rechercher des outils qui nous aident à analyser la façon dont nous nous parlons à nous-mêmes.

Plus vous pensez et plus vous faites cas du passé, moins vous vivrez le présent.

Le futur est la somme de moments

Le futur et ce que nous projetons au sujet de notre monde. Y réfléchir est fondamental pour prendre des décisions et planifier nos prochains mouvements.

Notre avenir a aussi besoin d’avoir un sens, et savoir, de manière plus ou moins claire, quels sont nos objectifs est important également pour agir dans notre présent.

Planifier nos stratégies et fixer des objectifs dirigés vers le futur nous motive pour continuer à réaliser des actions dont on voit les résultats immédiatement.

Le chemin se compose de petits pas vers notre destin. Cela nous stimule pour être constants et tenaces pour obtenir un bénéfice futur.

Mais le futur est aussi une arme à double tranchant. Il y a beaucoup de choses dans la vie que nous ne pouvons pas contrôler.

De ce fait, refaire des tentatives de manière excessive fait de nous des personnes anxieuses et en recherche constante d’explications anticipées.

Si nous nous perdons dans le futur, nous naviguerons dans les eaux de ce qui n’est pas encore écrit.

Le futur a besoin de centaines de brouillons.

Vivre le présent, c’est être ici et maintenant

Ce temps que nous vivons est devant nous, nous pouvons le toucher avec nos mains et nous pouvons le changer avec nos actes et nos décisions.

Vivre dans le présent, c’est être ici et maintenant, être engagé dans ce que nous pouvons faire pour vivre notre moment présent.

Tout ce que nous ferons maintenant, après avoir lu cet article, par exemple, c’est notre présent. Son influence est si puissante que nous pouvons changer notre futur avec nos décisions et enterrer ou donner du sens à notre passé.

Le présent, ce sont toutes les possibilités que nous avons et celles que nous choisissons.

Refuser le présent, c’est rester paralyser par la peur du futur et de ses conséquences imaginées ou immobilisés par les expériences passées.

Il faut évidemment tout apprécier, mais ne laissons pas notre présent être trop influencé par le futur et par le passé.

Et vous, combien de choses ne faites-vous passé à cause des souvenirs de votre passé ou par peur du futur ?

Lire l’article original ici (Nouvelle fenêtre)

Vibrer le moment présent

Le 19 mai 2016

Vibrer le moment présent

Vibrer le moment présent, c’est accueillir tout ce qui est avec un cœur ouvert, sans lutte ni consternation.

L’ici et maintenant, c’est le seul instant dont on dispose pour s’ancrer en son âme, en la vie.

On accepte cet instant, en se servant de ses sens et non de sa tête jusqu’à devenir un avec ce qu’on fait, mais aussi en embrassant ses émotions pour écouter son monde , son enfant.

Le présent peut être un moment de paradis dans lequel on se plonge intensément avec son cœur. Mais il peut aussi être nuageux, voire orageux. Et avec ça, on ouvre ses bras pour le laisser couler.

Si on lui résiste, il nous insupporte, mais si on l’accueille courageusement en son espace, sa lourdeur s’envole pour permettre à une paix étrange et douce de bercer son cœur.

Le mental peut nous souffler que le présent est fade et ennuyeux, mais ce n’est qu’une de ses illusions. S’ancrer dans le maintenant, c’est devenir plus vivant en devenant témoin de l’action du silence ou de l’amour.

Baisser ses armes pour être dans le présent, ce n’est enfin ni se résigner, ni sombrer dans l’ombre, mais c’est se rallier à son cœur et laisser parvenir les réponses …

Soumaya Tarkhani

Lire l’article original ici

Demain n’existe pas, par Lara FABIAN

Le 14 mai 2016

Demain n’existe pas, très belle chanson interprétéd par Lara FABIAN sur le thème « vivre le moment présent »

PAROLES

Jamais, n’abandonner jamais
Trouver un souffle à reflet
Qui nous renvoie au secret
Jamais, se vider de désirs
Trouver dans un sourire
une nouvelle raison d’être
D’guérir et d’aimer
Infiniment, éperdument, ici et maintenant

Demain n’existe pas
Le temps s’écoule au temps présent
Rien de ce que tu vois
Ne passera deux fois

Demain n’existe pas
Une autre chance aujourd’hui
S’inscrit entre tes voies
L’une qui t’égare
L’autre qui te mène à toi

Passer à côté du passé
Ne plus s’y attarder
Que les souvenirs lourds fassent un détour
Savoir qu’au delà du serment
Ou d’un rêves d’enfant
Le destin n’écrit que ce que l’on se dit
Secrètement, intensément, passionnément

Demain n’existe pas
Le temps s’écoule au temps présent
Rien de ce que tu vois
Ne passera deux fois

Demain n’existe pas
Une autre chance aujourd’hui
S’inscrit entre tes voies
L’une qui t’égare
L’autre qui te mène à toi

Demain n’existe pas
Le temps s’écoule au temps présent
Rien de ce que tu vois
Ne passera deux fois

Demain n’existe pas
Une autre chance aujourd’hui
S’inscrit entre tes voies
L’une qui t’égare
L’autre qui te mène à toi

Moment présent : que faire lorsqu’il est impossible ?

Le 10 mai 2016

Que faire lorsque le moment présent est impossible ?

« personne n’est malheureux uniquement à cause du moment présent. »

(Sénèque)

Avez-vous remarqué combien nos attentes nous maintiennent dans le futur et les souvenirs dans le passé ? Nous pouvons lire de partout que la clef d’une
vie épanouie se trouve dans le moment présent mais réaliser cela demande parfois ou souvent pour beaucoup un difficile tour de passe-passe qui se révèle
fréquemment irréalisable !

La raison en est simple, pour se maintenir dans l’instant présent, il faudrait que celui-ci soit heureux et quand il ne l’est pas nous allons chercher
un peu de réconfort en nous évadant dans le souhait d’un changement futur ou en occupant notre esprit dans le passé. En fait, la plupart du temps ce sont
nos espoirs d’un avenir meilleur qui nous maintiennent au mieux dans un statu-quo, au pire dans la frustration.

Alors que faire ? Comment se sentir mieux ? EN SE DÉTACHANT DE NOS ATTENTES qui créent avec le temps déception, amertume, tristesse, souffrance !

Nous sommes responsables d’avoir créé ces émotions parce que nous ne savons accueillir ce qui est dans notre présent surtout bien sûr lorsque ce présent
n’est pas ce que nous voudrions.

Souvent nous aimerions tellement agir pour que les autres changent mais sans avoir à changer nous-mêmes en modifiant notre comportement…. Mais les miroirs
ne sont pas là par hasard….

Lorsque par exemple une personne est malheureuse dans le couple, elle se devrait de poser des actes pour s’en libérer, AGIR POUR ELLE. Au lieu de cela
bien souvent elle va s’épuiser à espérer un changement, à venir, chez l’autre préférant continuer à bénéficier des quelques compensations qui lui échoient
au quotidien, afin de ne pas revivre sentiment d’abandon ou rejet ou…..garder une sécurité matérielle.

Se faisant, elle creuse sa tombe ! Elle est alors immergée dans sa leçon de vie mais elle l’ignore. Bien sûr aucun jugement à poser juste prendre de l’altitude
pour regarder, observer avec bienveillance ce qui se joue derrière le drame, la souffrance.

Si agir est impossible alors au moins lâcher-prise aux espérances qui tournent à l’obsession parce que la clef pour vivre le moment présent dans n’importe
quelle situation est de ne plus avoir d’attentes, d’accueillir ce qui est sans émotions difficiles qui finissent toujours par se retourner contre nous.
Ce qui ne veut pas dire se transformer en victime consentante ou poubelle des montagnes russes émotionnelles du conjoint bien entendu.

C’est souvent, extrêmement difficile à réaliser mais là se trouve la voie de notre libération et d’un présent plus heureux quand bien même il ne change
pas POUR LE MOMENT !

Dans certaines situations refuser ce qui est sans poser des actes ne change rien à ce qui est, souffrir non plus….

Le vide ne résiste pas à l’amour de soi par contre les attentes déçues au quotidien ne sont qu’une lente agonie, un vide abyssal où l’on se perd.

Alors une seule idée pour nous, échapper au présent trop difficile dans un futur hypothétique …. Et tout repart dans un flottement perpétuel entre passé
et futur où ce présent n’a aucune place alors que lui seul permet de construire demain.

La solution peut être de concentrer notre attention sur notre espace intérieur en souffrance, le nourrir de notre attention, le laisser exprimer ‘’ce
qui doit sortir ‘’ afin de nous libérer nous-mêmes des profondes empreintes émotionnelles refoulées qui nous tirent en arrière ou nous poussent en avant
mais dans un mouvement de fuite. Empreintes qui nous distraient toujours d’une prise de conscience salutaire pour nous.

Cet état de confusion mentale crée de la souffrance refoulée qui conduit aux manifestations physiques d’inconfort puis un jour à la maladie quelle qu’en
soit sa manifestation, déprime ou plus grave. Nous pouvons éviter cela en posant des actes POUR NOUS pendant qu’il en est encore temps.

ARRÊTONS DE VOULOIR QUE LES AUTRES CHANGENT SANS CHANGER NOUS-MÊMES !! OCCUPONS-NOUS DE NOUS et nous sortirons des attentes extérieures. Oui nos demandes
dans le couple (c’est un exemple) sont souvent légitimes mais n’oublions jamais que nous sommes dans la situation présente pour apprendre à être ou faire
ce que nous ne savons pas encore être ou faire…..

De cœur à cœur

Guilaine Lipski

Chronique trouvée sur lapressegalactique.org