Témoignage d’Isabelle

Retour d’expérience d’Isabelle sur les effets bénéfiques du Reiki

Afin de présenter brièvement le contexte dans lequel s’inscrivent les propos qui vont suivre, je souhaite commencer mon témoignage par quelques données préliminaires: je me prénomme Isabelle, je suis une personne d’âge mûr et je souffre d’une maladie génétique connue du monde médical sous le nom barbare de “ostéogénèse imparfaite”, et par le grand public sous celui plus prosaïque de “maladie des os de verre”. Les caractéristiques principales en sont une fragilité osseuse ayant entraîné des fractures répétées des membres inférieurs dans l’enfance, une déformation de la colonne vertébrale à l’évolution inéluctable puisque considérée comme inopérable en raison de la mauvaise qualité de l’os, le tout ayant pour corollaire un handicap moteur devenant de plus en plus lourd, dont les symptômes sont d’abord une station debout pénible et une difficulté de marche croissante nécessitant la présence d’une aide humaine pour tous les actes de la vie quotidienne, à quoi s’ajoutent diverses complications parmi lesquelles, pour n’en citer que quelques-unes, insuffisance respiratoire chronique, rythme cardiaque rapide inaccessible à toute thérapeutique traditionnelle puisque d’origine mécanique et non organique (pas d’hypertension artérielle par exemple), troubles digestifs responsables de migraines fréquentes, et de la circulation veineuse entraînant une sensation de froid aux extrémités des membres et aux genoux en raison de la sédentarité forcée.

Anne et moi sommes des amies d’enfance et avons pour ainsi dire tout partagé de nos cheminements respectifs dans la vie. Il se trouve que je travaille depuis quelques années dans l’industrie du bien-être et que, parmi les personnes qui s’intéressent aux produits dont je m’occupe (associant médecine traditionnelle chinoise multi-millénaire et physique quantique contemporaine), j’ai découvert que plusieurs sont praticiens Reiki. Me documentant sur cette méthode, j’ai acquis la conviction que les processus énergétiques d’auto-guérison auxquels fait appel le Reiki sont exactement les mêmes que ceux mis en mouvement par les produits que je proposais. Nos techniques de bien-être sont donc convergentes et même complémentaires, et non concurrentes. C’est la raison pour laquelle lorsque j’ai appris que mon amie Anne envisageait d’être initiée au Reiki parl’une de ses amies, enseignante dans la région de Montpellier, j’ai immédiatement vu dans son projet l’occasion d’expérimenter cette pratique en premier lieu pour moi-même, entrevoyant la possibilité d’un soulagement relatif de mes troubles physiques et, par voie de conséquence, de leurs implications dans mon équilibre émotionnel et psychique.

À peine Anne est-elle revenue de son initiation au premier degré que je lui adressais la demande d’une séance, et c’est ainsi que j’ai appris que l’on désigne habituellement ce protocole sous le nom de “soin Reiki”. Anne a évidemment eu à coeur de me préciser que ce vocable de devait nullement me tromper sur la nature de ce qu’elle me proposait: le Reiki, aussi doux et apaisant soit-il, ne saurait en aucun cas, (à l’instar d’ailleurs de ma propre activité dans le domaine du bien-être), se substituer à l’intervention d’un médecin, seul habilité à poser un diagnostic et à prescrire un traitement approprié à l’état de santé de son patient. Forte de cette sage mise en garde, et mon ouverture d’esprit faisant le reste, j’ai donc pris en toute connaissance de cause, la décision de me soumettre à un soin Reiki, que j’étais d’autant plus honorée de recevoir qu’il allait m’être prodigué des mains même de mon amie de toujours.

C’est un samedi après-midi, dans le cadre banal de mon appartement en région parisienne, qu’a donc eu lieu cette première rencontre avec l’énergie vitale universelle d’amour. Anne n’avait encore passé à ce moment-là que, (si j’ose dire), le premier degré du cursus de praticien. Si j’ai tenu à évoquer plus haut avec précision le tableau symptomatique de ma maladie, ce n’est nullement dans le but d’apitoyer sur mon sort, mais dans celui de montrer ensuite à quel niveau peut intervenir l’action bienfaisante d’une méthode comme le Reiki dans les cas où la médecine classique n’a à proposer que des solutions palliatives tant du point de vue de l’orthopédie que de celui du traitement des douleurs chroniques. Mon ostéoporose majeure fait de moi la définition même de la personne dont il serait dangereux de manipuler le corps lorsqu’on n’est pas à proprement parler un professionnel de la santé, kinésithérapeute diplômé ou médecin. J’avais essayé, de nombreuses années auparavant, d’autres méthodes plus directement physiques de relaxation, qui ne s’étaient pas révélées efficaces pour m’apporter une amélioration significative de mon état général. Inadéquation entre mon cas et le protocole proposé alors, manque de confiance de ma part envers la praticienne, je ne saurais en définir précisément les causes, toujours est-il que ce samedi d’avril, l’une des premières choses que j’ai dites à Anne lors du traditionnel échange de ressentis qui suit un soin, c’est que je n’avais jusqu’ici jamais rien connu d’aussi doux et bienfaisant pour moi que le Reiki. Le toucher léger et non manipulatif des différents points énergétiques du corps, voilà enfin le genre de thérapie manuelle qui me convenait. J’ai alors cru bon d’ajouter: “Lorsque tu m’as pris la tête, je ne suis pas sûre d’avoir très bien réussi à en abandonner la maîtrise, mais j’ai eu le sentiment très profond que je n’aurais plus jamais mal à la tête.” La réponse de ma praticienne a été de me dire que ce serait bien entendu me mentir que de m’affirmer péremptoirement que le Reiki à lui seul ferait disparaître de ma vie les migraines régulières dont je me plaignais jusqu’alors, mais qu’elle se réjouissait de m’entendre, “juste pour aujourd’hui”, manifester par mes paroles que, pour ce jour, je me libérais du mal de tête…

Au cours de la semaine suivante, d’autres phénomènes se sont produits: sensation d’une grande énergie sans que celle-ci soit associée à de la nervosité (le contraire du tempérament “pile électrique” comme on dit parfois), régression importante des douleurs osseuses, diminution de l’impression désagréable d’arrêt de la circulation sanguine à partir des genoux… Tous ces signes d’amélioration n’ont certes été que temporaires, pour la raison simple qu’ils n’étaient pas l’indication de la guérison soudaine d’une pathologie pour laquelle aucun traitement scientifiquement reconnu n’existe à l’heure actuelle. Le Reiki, je le savais d’emblée, n’est pas une pratique miraculeuse, moins encore une forme de magie ! Il constitue une méthode par laquelle le praticien canalise l’énergie universelle qui vit en chacun de nous, pour la transmettre aux autres par l’intermédiaire de ses mains. Le Reiki, cette première fois comme les suivantes, m’a connectée à mes propres facultés d’auto-guérison, insoupçonnées avant ce samedi.

Comme pour appuyer les sages arguments de ma praticienne, alors que sa visite à mon domicile était programmée depuis plus d’une semaine, c’est un jour de migraine spécialement paroxystique que je reçus mon deuxième soin Reiki. Ce jour-là, l’action réparatrice du soin a été renforcée par un micro-sommeil de 3 à 4 minutes environ au cours de la première partie de la séance. J’ai alors nettement perçu que mal detête et troubles digestifs s’apaisaient plus rapidement que d’habitude. C’est aussi à partir de ce soin-là que j’ai commencé à éprouver d’autres effets inattendus qui n’ont fait que se répéter par la suite: réduction notable de l’essoufflement et ralentissement du rythme cardiaque au fur et à mesure du soin, s’accompagnant d’une impression très agréablement relaxante. Petit à petit, j’ai appris à lâcher prise en particulier lors du soin de la tête, à ne plus souffrir du scénario qu’invente parfois mon mental autour des manifestations de mon abdomen, à laisser mes jambes se détendre tandis qu’elles sont effleurées par Anne… Les migraines elles-mêmes se sont progressivement faites, à leur tour, plus rares et moins douloureuses. Même si elles me guettent toujours de temps en temps à l’heure où j’écris ces lignes, je suis consciente que lorsque la prochaine d’entre elles surviendra, elle sera moins violente qu’avant ce deuxième soin et que j’en sortirai moins fatiguée parce que je m’en serai rétablie plus vite.

Aujourd’hui, je peux affirmer sans trahir la vérité que les effets bénéfiques de chaque soin Reiki sur moi m’accompagnent de manière très intense pendant environ une semaine. Toutefois, jusqu’à ce jour, jamais mon énergie n’est retombée au niveau où elle se trouvait avant ma première expérience en ce domaine. En effet, j’ai retrouvé une capacité journalière de travail intellectuel comparable à ce qu’elle était au temps de mes études universitaires, avec d’importants progrès dans le domaine de la concentration, de la mémoire et même de la tolérance à l’immobilité et à l’enfermement qu’implique mon handicap. Anne et moi nous disions lors de mon dernier soin en date, que je jouirais d’un bien-être aussi parfait que puisse le permettre ma situation si seulement j’avais la chance de pouvoir en recevoir un toutes les semaines !

À toi qui liras ces lignes, je tiens à dire que le Reiki, sans doute l’une des formes de thérapies de bien-être qui met le plus profondément en évidence l’amour du praticien pour son patient, est d’une douceur à nulle autre pareille; et si dans l’état que je décrivais au début de ce témoignage, je suis capable d’affirmer cela, c’est bien que l’extrême douceur d’un soin Reiki peut vraiment te convenir, à toi, quel que soit ton âge et ton état de santé. Anne pratique sur moi des soins divins, alors, cher lecteur, laisse-toi faire, essaie à ton tour… Tu ne le regretteras pas !

La bienveillance consubstantielle au Reiki, sa douceur extrême et les bienfaits qu’il procure à l’ensemble du corps, de l’âme et de l’esprit, m’ont d’ailleurs inspiré ce modeste acrostiche dont je te fais cadeau en guise de mot de la fin :

Rêver sans s’écarter du bonheur d’aujourd’hui,
En posant de ses mains un amour qui guérit,
Insuffler en douceur la divine énergie,
Kilos d’angoisse enfouie se dissolvent sans bruit
Indicible bonté envers tout ce qui vit…
REIKI !