Le Reiki “pour les Nuls” – Questions/Réponses.

En guise de préambule, le titre du présent article, “Le Reiki Pour Les Nuls”, est une allusion à la collection d’ouvrages bien connue “pour les nuls”. Derrière cette accroche quelque peu provocatrice se cache la finalité d’un concept dont l’objet est de présenter dans un langage simple et accessible à tous des notions qui pourraient de prime abord paraître abstraites ou complexes.

Quelques questions fréquemment posées sur le Reiki

Q: À quelles conditions puis-je recevoir un massage “raïki” ?

R: Deux petites mises au point pour commencer: Premièrement, le mot qui sert à désigner cette merveilleuse pratique se prononce simplement “Ré-Qui”. Deuxièmement, dans la pratique que j’en fais en tous cas, massage et Reiki sont deux méthodes bien distinctes: si elles ont en commun de rechercher avant toute chose le bien-être de la personne et d’être prodiguées avec amour, je dirais pour employer une formule lapidaire: “Quand je fais un massage, ce n’est pas du Reiki, et quand je prodigue un soin Reiki, ce n’est pas un massage.” Maintenant, pour répondre précisément à la question, il n’y a aucune condition particulière à remplir pour recevoir un soin Reiki, si ce n’est d’avoir l’ouverture d’esprit qui convient pour accepter que, toutes choses étant constituées d’énergie, vous l’êtes aussi, et que vous disposez du pouvoir, par l’intermédiaire du Reiki, de vous reconnecter à votre propre réalité énergétique. En cela, le Reiki s’adresse à toute personne quelle que soit sa situation (bien-portant ou malade), et son âge (du bébé dont la conscience ne connaît pas de limites, à la personne très âgée qui aspire à se poser enfin et à lâcher prise à toute préoccupation.

Q: Ce qu’il y a d’un peu dérangeant avec des pratiques comme le Reiki, c’est qu’on entend dire parfois que vous manipulez les énergies.

R: Voilà qui me rappelle un lointain et amusant souvenir… Pour les besoins d’une quelconque formalité administrative, j’avais été amenée à rencontrer un médecin qui avait été informé du milieu dans lequel je travaillais. À cette époque-là, j’en étais à mes premiers balbutiements dans la découverte du Reiki. Évoquant l’emploi que j’occupais alors, il m’avait dit: “Si je comprends bien, vous manipulez de l’énergie…” Avec une pointe d’espièglerie, je lui avais répondu, pas peu fière de saisir la perche fabuleuse qu’il me tendait, que non seulement je ne manipulais rien du tout, mais que si toutefois j’évoluais dans de l’énergie, ce n’était certainement pas celle à laquelle il pensait ! Il est certes vrai qu’on lit et entend un peu tout et n’importe quoi sur le Reiki de nos jours, mais en tous cas, je peux vous confirmer comme à ce médecin, qu’en ce qui me concerne, je ne manipule rien du tout ! Les énergies sont bien assez grandes pour se manipuler toutes seules ! L’énergie universelle dont est fait l’Univers, de la nature tout entière à vous-même (corps, âme et esprit), a existé bien avant que les premiers êtres humains voient le jour sur notre planète. Elle est d’ailleurs bien trop puissante et intelligente pour se laisser manipuler par qui que ce soit. Le praticien Reiki ne fait que la canaliser et la transmettre aux autres par ses mains, c’est tout.

Q: Après un soin Reiki, vous sentez-vous fatiguée ?

R: Fatiguée, je ne le suis pas le moins du monde ! Au risque de passer pour une provocatrice, je m’amuse même à dire qu’en tant que praticien Reiki, je suis plus flemmarde que les magnétiseurs… C’est flatteur pour les gens qui font du magnétisme, mais c’est bien sûr à prendre avec légèreté. Plaisanterie à part, je ne puise même pas dans ma propre énergie pour vous en donner, selon le principe des vases communiquants ! Le praticien Reiki fait appel à l’énergie universelle dont nous sommes tous faits, une énergie qui est pur amour, intelligence, intuition et qui sait exactement de quoi vous avez besoin à l’instant où elle vous est transmise. article complet sur les traits caractéristiques comparés du magnétisme et du Reiki

Pour employer une comparaison, imaginez-vous être une armoire dans laquelle sont rangés des livres, des disques, des vêtements, des boîtes à bijoux et que sais-je encore. Ici, les livres représentent vos connaissances ou compétences dans divers domaines, les disques, tout ce que vous aimez et qui vous fait plaisir, les vêtements, vos comportements, tandis que les bijoux symbolisent ce que vous avez de plus précieux, à savoir le domaine spirituel (au sens d’ouverture de laconscience), soit vos valeurs profondes, votre identité, le sens que vous choisissez de donner à votre vie, et ainsi de suite. Au fur et à mesure que vous déplacez et utilisez des objets dans cette armoire, que vous la remplissez sans cesse de nouvelles acquisitions et que vous entassez des affaires les unes sur les autres, il peut arriver que l’armoire devienne un tel fouillis que des piles de choses s’écroulent dès que vous avez le malheur d’en sortir une seule, vous ne vous y retrouvez plus, et vous êtes la première personne à dire que “ça ne va pas du tout” ! Vos muscles souffrent de nœuds énergétiques comparables à ceux d’une pelote de laine emmêlée, votre mental encombré se comporte comme un tiroir qui coince ou une étagère qui menace de s’écrouler sous trop de poids… Le Reiki peut justement vous aider à retrouver en vous-même la force d’entreprendre le rangement de votre armoire”. C’est alors l’Univers qui vient remettre de l’ordre dans tout ce beau désordre… celui engendré par la situation qui a provoqué le blocage. Un “beau désordre”, parce que c’est malgré tout de votre personne qu’il s’agit, quoi qu’aient pu en faire les péripéties de la vie. Au fond de vous, vous demeurez toujours ce que vous ne devriez normalement jamais cesser d’être !

Q: Concrètement, le Reiki, ça consiste en quoi ? Comment se passe une séance de Reiki ?

R: Vous restez habillé ; vous vous allongez confortablement. La séance se déroule dans une ambiance agrémentée de fragrances naturelles qui viennent caresser vos narines tandis quune musique conçue pour vous relaxer vous emmène tout en douceur. C’est un moment pour vous, une fois sur le dos, une fois sur le ventre. Le praticien appose ses mains sur différentes parties de votre corps, avec un toucher toujours respectueux et délicat. Pour tout dire en raccourci, c’est un peu comme de l’acupuncture, mais sans les aiguilles. Génial pour les gens qui craignent les aiguilles et redoutent de s’approcher de ces techniques à cause de cela ! Lorsque le soin est terminé, nous nous accordons quelques minutes pour un échange de ressentis. C’est aussi simple que cela.

Q: Et que se passe-t-il si je ne peux pas me mettre sur le ventre ?

R: La réponse est aussi simple que la question, à savoir que ce n’est pas un problème !Pour dire les choses en une formule, le protocole est fait pour le Reiki, et non le Reiki pour le protocole. Il convient d’entendre par là que le déroulement protocolaire d’un soin Reiki est conçu pour servir de canevas au praticien et encadrer l’aspect “technique” de la séance, mais que l’énergie Reiki, “force de l’esprit”, ne saurait en aucun cas se laisser enfermer dans le caractère de “cérémonial” que pourrait revêtir le fait de le réduire à cette seule dimension. Ainsi, dans le cas où pour quelque raison vous ne pouvez vous mettre sur le ventre, qu’à cela ne tienne ! Ou bien vous pouvez basculer légèrement sur le côté et je pratique sans difficulté le soin du dos, soit vous restez sur le dos et la séance se poursuit en reprenant ou en prolongeant le traitement des points sur la face antérieure du corps. C’est ainsi que procèdent les praticiens qui affirment haut et clair que si un receveur s’endort pendant la première phase de la séance, ils ne le réveillent pas pour lui demander de se retourner sur le ventre. Cela n’empêche nullement que vous receviez la même quantité et surtout qualité d’énergie. Vous êtes reconnecté à la force de votre esprit de la même façon, que vous puissiez ou non vous mettre sur le ventre. Le Reiki échappe et fait fi de toute limitation de ce genre. On pratique même des soins Reiki sur une personne assise, le praticien posant une main à l’avant de la personne, l’autre à l’arrière… Il s’agit donc là d’un débat qui n’a pas lieu d’être.

Q: Peut-on dire que le Reiki est la reine des méthodes anti-stress ?

R: Parmi les mots-clés habituellement attachés au Reiki, on trouve fréquemment “gestion du stress”. Cette formulation est préférable à celle d’ “anti-stress”, car ce qui est nuisible à la santé n’est pas le stress en lui-même. Le Reiki n’a absolument pas vocation à éliminer le stress de votre vie, et cela pour une raison fort simple: le stress, c’est l’essence même de la vie! Tout, absolument tout ce que vous faites du matin au soir est source de stress: vous rendre à l’école ou sur votre lieu de travail, faire les courses, organiser une réunion ou un repas familial, prendre votre automobile ou les transports en commun, et j’en passe. Si vous supprimez le stress, vous devenez, comme aurait pu le dire Marshall Rosenberg, un “gentil mort vivant”, puisque réduire le stress à 0, cela reviendrait à éradiquer la vie elle-même! Si quelqu’un venait vous promettre la Lune, vous ne le croiriez pas, n’est-ce pas ? Eh bien, le Reiki ne vous promet ni la Lune, ni moins encore de vous libérer du stress en tant que tel. En revanche, le Reiki se propose de vous accompagner pour faire du stress votre allié et l’utiliser de façon positive. En effet, le stress a toujours existé et, à dose normale, il est même une réponse adaptative de notre organisme aux situations de la vie courante. Il mobilise en nous l’énergie et les ressources physiques nécessaires pour y faire face de manière appropriée. C’est son accumulation excessive ou encore le fait que nous ne sachions pas l’évacuer comme il conviendrait lorsque la stimulation qu’il implique a cessé d’être utile, qui devient dangereuse car elle peut aller jusqu’à paralyser le corps et bloquer le fonctionnement du mental. Le Reiki, précisément par son effet relaxant et son action de recentrement global de la personne, permet de se libérer, non du stress en tant que tel mais de ses conséquences néfastes pour le bien-être et la santé.

Q: J’ai d’horribles douleurs chroniques dans le dos. Le Reiki peut-il me soulager ?

R: L’un des principaux bienfaits que l’on attribue généralement au Reiki a précisément trait au soulagement des douleurs. Chez certaines personnes, ce soulagement est si spectaculaire dès les jours qui suivent la première séance qu’elles peuvent être tentées d’attribuer au Reiki des vertus miraculeuses; or il convient de rappeler que le Reiki n’est pas une formule magique. Il ne vous dispense en aucun cas de consulter votre médecin et de suivre le traitement que ce dernier préconise pour vous si vous en avez besoin. Ce serait vous mentir que de vous faire croire, après un soin Reiki particulièrement apaisant pour votre dos, que vous n’aurez plus jamais mal désormais… Ce serait même contraire à l’esprit du Reiki tel qu’enseigné au début du XXe siècle par son fondateur Mikao USUI, lequel recommandait de soigner l’esprit, avec la confiance que le corps suivra.

Q: Le Reiki, est-ce un don ?

R: Non, le Reiki n’est pas un don. Aussi vrai que toute personne ouverte aux
pratiques qui tiennent compte de l’être humain dans toutes ses dimensions
(corps, âme et esprit) est en mesure de recevoir un soin Reiki, de même
toute personne ouverte d’esprit peut être initiée au Reiki. Je parle bien d’initiation car devenir praticien Reiki représente d’abord un apprentissage et un travail sur soi. Le praticien Reiki est un canal de circulation de l’énergie universelle. Encore faut-il que ce canal soit ouvert, ce qui ne peut se faire que par la transmission directe de l’enseignant au praticien Reiki. Ce mode de transmission de la pratique du Reiki a pour conséquence que la lignée initiatique de tous les praticiens et maîtres Reiki du monde remonte nécessairement au fondateur, Mikao USUI.

Q: Diriez-vous que le Reiki, s’il n’est pas un don, est un pouvoir ?

R: Tout dépend du sens que l’on veut bien donner au mot “pouvoir” ! Les degrés successifs d’initiation au Reiki donnent au praticien le “pouvoir”, c’est-à-dire la possibilité, de progresser sur le chemin de sa propre guérison ou évolution personnelle et spirituelle, et dans le même temps, d’ouvrir aux autres la voie de la reconnexion à l’énergie vitale qui réside partout, à commencer par soi-même. En ce sens, le Reiki est une porte ouverte sur des “pouvoirs” illimités, ou plus exactement, soumis aux seules limitations du mental humain. Mais en aucun cas l’initiation puis la pratique même du Reiki ne confèrent à un être humain envers une autre personne, un quelconque pouvoir au sens d’autorité ou pire encore, de rapport de domination. L’énergie vitale universelle est au-dessus de tout pouvoir. Elle porte en elle son intelligence et son intuition propres. Une fois mise en action, elle sait où se situent précisément les besoins de chacun et ne se laisserait manipuler par personne. Quant au praticien, il est seulement le canal par lequel transite cette énergie auto-suffisante. À ce titre, il n’a de pouvoir que celui de mettre son esprit entièrement au service du bien-être du receveur en adoptant la bienveillance comme attitude de chaque instant. Ceci a pour corollaire immédiat de s’interdire tout diagnostic tant physique que psychologique ainsi que toute forme de jugement.

Q: Qu’entendez-vous par “Maître Reiki” ? Est-il préférable de ne recevoir de soins que d’un maître ?

R: La notion de maître Reiki correspond uniquement à celle des degrés qui sont autant d’étapes franchies dans l’initiation au Reiki. Celle-ci se divise en
trois grands niveaux, ou quatre selon les écoles. Certains enseignants de Reiki divisent en effet le troisième degré, celui de la maîtrise précisément, en deux sous-degrés, à savoir maître praticien et maître enseignant, ce dernier ouvrant la possibilité pour la personne de donner à
son tour des initiations mais n’obligeant nullement à le faire. D’ailleurs, il convient de distinguer totalement le sens de l’expression «maître Reiki» en Occident, de celui que revêt le mot «maître» dans plusieurs pays
asiatiques comme l’Inde par exemple. Un maître Reiki n’est ni forcément un enseignant, ni un maître à penser, et moins encore un dirigeant spirituel. Un maître Reiki, c’est simplement une personne qui a suivi les stages
correspondant aux trois (ou quatre) degrés d’initiation. En cela, la notion de maître Reiki ne devrait faire peur ni au praticien ni au receveur. Elle n’implique aucune idée de prétention ou d’ego. Elle est pour ainsi dire, d’ordre purement “technique”. Dès le premier degré, une personne initiée peut déjà pratiquer le Reiki sur elle-même et sur les autres. Pour simplifier, les soins prodigués au premier degré agissent sur le plan du bien-être physique. Le deuxième degré ajoute à la pratique les dimensions du mental et de l’émotionnel, tandis que le degré de maîtrise approfondit les acquis, notamment dans le domaine spirituel.

Q: Enseignez-vous le Reiki ?

R: Personnellement, non, parce que j’ai choisi de me consacrer uniquement à
la pratique, c’est-à-dire à l’action de prodiguer des soins Reiki. Mais cela
ne me rend pas moins maître Reiki pour autant, et je ne serais pas non plus
davantage maître si je venais demain à me lancer dans l’initiation de nouveaux praticiens.

Q: On dit parfois qu’en plus d’être une méthode de bien-être, le Reiki est aussi une philosophie. En quoi cette philosophie apporte-t-elle quelque chose de nouveau ?

R: “Philosophie”, c’est un bien grand mot… Disons plus prosaïquement que le Reiki, en premier lieu par ses cinq idéaux (en résumé: se libérer de l’inquiétude, se libérer de la colère, travailler honnêtement et sur soi-même, faire preuve de gratitude, et se montrer bienveillant et respectueux de toute vie), est un art de vivre au quotidien, dont la première caractéristique est la douceur. Marshall ROSENBERG, découvreur et inventeur de la communication non-violente, expliquait que l’éducation transmise aux petit d’homme de génération en génération depuis environ huit mille ans est coupée de la source de la vie parce qu’elle est presque entièrement fondée sur la crainte et la punition, le devoir et l’obligation. Il en résulte que les humains que nous sommes ont pris l’habitude, au point d’en faire une seconde nature, de s’auto-flageller à tout propos. Or le Reiki, à l’instar de la communication non-violente, invite à se reconnecter, à se “mettre en lien” avec ce que l’un en la personne de son concepteur appelle “énergie vitale universelle” (ou “force de l’esprit” selon une autre traduction des deux monosyllabes dont est composé le mot Reiki), et l’autre, également en la personne de son inventeur, “l’énergie divine d’amour”. L’une des fonctions du Reiki est de combler, ponctuellement, le besoin psychique ou spirituel de l’instant présent. Prenons pour illustrer cette réalité, l’image d’un enfant qui, n’étant limité ni par la fixation dans le passé ni par le souci de l’avenir, éprouve, à l’instant T où il s’adresse à sa maman pour lui en faire la demande, le besoin de recevoir d’elle un câlin. L’attitude naturelle d’une maman dans une telle situation, c’est de prendre son enfant dans ses bras et de lui donner le temps de ce câlin. Dans la plupart des cas, nulle mère normalement constituée ne songerait à lui administrer une gifle… Ce “moment pour soi” qu’est celui du soin Reiki est une exhortation, puisque nous ne le faisons pas aux autres, à mettre fin à l’auto-flagellation, ce mode de fonctionnement dans lequel l’être humain est devenu expert mais qui, parce qu’il ne correspond pas à notre vraie nature, nous écarte précisément du chemin de la reconnexion à notre propre réalité. En termes directs, le Reiki marque l’avènement d’une spiritualité nouvelle dans laquelle on trouve plus doux et plus épanouissant à faire que de se châtier soi-même !

Q: Est-ce vrai que vous imposez les mains comme les dignitaires religieux?

Soin reiki : apposition des mains sur la tête width=R: on entend souvent définir le Reiki comme “une méthode de guérison par imposition des mains”. À cause de cette définition simpliste, certaines personnes résistent à l’idée même de recevoir un soin Reiki car elles n’accepteraient l’imposition des mains que de leur directeur spirituel ou de quelque membre éminent de leur comunnauté religieuse. Ces personnes se sentent heurtées dans leurs convictions parce que parler ainsi du Reiki, c’est implicitement, pour elles, présenter le praticien comme un faiseur de miracles ou une incarnation de la Divinité alors que leur culture religieuse leur interdit formellement d’associer la puissance divine à un être humain perçu comme “ordinaire”. Cela a fait l’objet d’une discussion que j’ai eue un jour avec Émilie à qui je dédie d’ailleurs cette partie de mon propos. Appartenant à une église et mariée au sein de celle-ci, elle n’a jamais accepté de recevoir un soin Reiki au motif que les seules personnes habilitées à lui imposer les mains sont le pasteur de son église et son propre mari. Or Émilie accepte volontiers d’être touchée: câlins, embrassades, massages… tout lui convient, exception faite du Reiki en raison de ce blocage. J’aimerais citer à cet effet un article qui m’est parvenu sous une forme traduite de l’Anglais par un logiciel de traduction automatique et que je me suis autorisée à arranger pour le rendre intelligible en Français:

Quelle est la différence entre la guérison par la foi et celle par le Reiki?

La guérison par la foi s’opère généralement au moyen de prières directement adressées à Dieu. Par exemple, dans le mouvement fondamentaliste chrétien, on pose la main sur la personne et on prie pour elle au nom de Jésus, le plus souvent en citant les Écritures et en s’adressant à Dieu. La foi se traduit par des prières dirigées vers la personne concernée, accompagnées parfois d’une onction d’huile. L’intensité de la foi de celui qui conduit la prière peut également faciliter la guérison. Dans le Reiki, vous ne prononcez pas des prières spécifiques ni ne faites appel à un Dieu spécifique. En ce sens, le Reiki est intrinsèquement laïque. Ce en quoi le Reiki est spirituel, c’est que vous ne traitez pas seulement le corps de la personne mais aussi son âme et son esprit. Le Reiki fait appel à l’énergie même qui est à l’origine de la création de notre Univers physique et de celle de cette personne. Cette énergie n’a pas de sexe et ne prend aucune forme dans laquelle il vous soit demandé de l’approcher. Elle est la force créatrice de la vie elle-même. Bien qu’étant un concept spirituel, il ne s’agit nullement d’une conception religieuse ou dogmatique. Dans la guérison par la foi, il n’y a ni symboles, ni positionnement précis des mains. On doit juste se concentrer. On a seulement la foi, celle qui est censée pouvoir déplacer les montagnes et que l’on définit comme “une ferme assurance des choses que l’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.” Le Reiki quant à lui, utilise des symboles comme catalyseur de l’énergie vitale universelle qui passe à travers nous, et ainsi nous aidons le receveur à s’auto-guérir. Chaque symbole a une fréquence ou signature énergétique qui peut être appelée et canalisée selon une série de positions spécifiques des mains utilisant les chakras, ces points répartis le long de la colonne vertébrale et qui correspondent à des tourbillons ou “roues” énergétiques où se concentre l’énergie humaine. Quand nous plaçons nos mains le long de ces zones, la finalité est un alignement le système énergétique qui contribue à faciliter le bien-être et la
guérison. Nous faisons appel à la force universelle de la vie elle-même, connue en tant que force de la Création. Encore une fois, cela ne met en cause aucune divinité particulière ni aucune norme quant à la manière d’aborder une telle divinité. La guérison par la foi et le Reiki ont en commun de mettre en action la capacité du corps à guérir. Il existe de nombreux grands récits traitant de la puissance de guérison de la foi, les plus connus étant les miracles de Jésus. Je crois que les chemins vers la guérison sont multiples et qu’aucun d’entre eux ne doit être condamné. La foi est nécessaire. Quel que soit le chemin de guérison que vous aurez choisi, c’est celui-là qui vous aidera à vous guérir vous-même.
(Thomas Payne Frederick, de l’État du Maryland, USA).

C’est la raison pour laquelle j’ai pris l’habitude de faire en sorte que mon vocabulaire dissocie clairement ma pratique du Reiki de toute connotation religieuse et qui plus est prétendûment miraculeuse. J’ai donc opté pour le mot “apposition” en lieu et place de l’expression “imposition des mains” dont je laisse volontiers l’exclusivité aux autorités religieuses de tous ordres. Si certes la dimension spirituelle du Reiki postule la présence d’une énergie divine en chaque être humain, elle ne confère au praticien aucun pouvoir magique. L’apposition des mains du praticien Reiki a pour objet d’offrir à la personne un toucher doux, attentionné et compatissant, propre à l’aider à se reconnecter au potentiel de guérison enfoui tout au fond de son “armoire” mentale et recouvert par l’empilage de tant de couches successives d’éléments perturbants qui l’encombraient jusqu’à cet instant. Il ne s’agit aucunement d’un geste religieux. Lorsque je dis que j'”appose” mes mains sur la personne à qui je prodigue un soin, je pense ainsi employer une formulation plus adéquate, plus appropriée pour exprimer la non-interférence du Reiki avec la sensibilité religieuse éventuelle de chacun.

Q: Que répondez-vous à ceux qui voient dans le Reiki une forme de religion ou de secte ?

R: Le Reiki n’est pas une religion. L’une des traductions officiellement admises de la notion de Reiki est “la force de l’esprit”. Cela signifie que le Reiki est une pratique spirituelle au sens où par le mot “spiritualité”, nous entendons tout ce qui s’adresse à l’esprit de la personne et contribue à l’éveil, à “l’ouverture de la conscience”. Mais le Reiki est laïque et, si certes il relève d’une forme de relaxation méditative, un praticien Reiki ne vous demande pas de justifier de votre appartenance à telle religion ou famille de pensée. Aucours de la séance comme en dehors d’elle, vous confiez votre vie au Maître spirituel de votre libre choix. Vous pouvez même être parfaitement agnostique. Le praticien Reiki peut aussi avoir choisi un Maître spirituel et ne pas s’en cacher, mais il n’établit aucun lien entre sa vie personnelle dans le sillage de celui-ci d’une part, et d’autre part son rapport, toujours privilégié et unique, avec la personne qui vient recevoir le Reiki. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’énergie Reiki est considérée comme l’équivalent, entre autres, du Qi des Chinois, du Prana des Hindous, de la lumière de l’Esprit-Saint des Chrétiens, ou encore de la bio-énergie des physiciens et chimistes. Le Reiki n’a partie liée avec aucune communauté religieuse de quelque nature qu’elle soit, et n’est pas une secte.

Q: Comment peut-on concevoir l’idée d’une spiritualité laïque ?

R: Dans le langage courant, la spiritualité fait peur à beaucoup de gens parce qu’elle est habituellement associée à des pratiques religieuses ou du moins, à des dévotions. À cause de cela, de nombreux êtres humains vivent parfaitement une forme de spiritualité laïque mais sans même savoir qu’ils sont, au même titre que les pratiquants de toutes les religions, des êtres pleinement spirituels. C’est un peu comme Monsieur JOURDAIN qui, depuis toujours, disait de la prose sans le savoir… Dans son livre Découvre la Puissance en Toi, Éric BUTTERWORTH illustre cet état de fait par une vieille légende hindoue qui raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette. Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci: “Enterrons la divinité de l’homme dans la terre”. Mais Brahma répondit: “Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera.” Alors les dieux répliquèrent: “Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans.” Mais Brahma répondit à nouveau : “Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface.” Alors les dieux mineurs conclurent: “Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour.” Alors Brahma dit : “Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher.” Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui ! Or ce qui se définit comme “laïque” ne se pose pas en opposition au fait religieux en tant que tel, et moins encore au sentiment religieux qui, sous quelque forme qu’il se manifeste, semble inscrit dans la nature même de l’être humain. L’un des principes de base de la spiritualité laïque vous invite à chercher en vous-même ce qui fait votre véritable richesse. Ce qui est laïque fait le choix de n’embrasser aucune religion mais de dégager des principes moraux qui garantissent la liberté de conscience de chacun dans le respect absolu de toutes les sensibilités religieuses, aussi bien dans ce que leurs messages respectifs ont en commun que dans la spécificité de chacune d’entre elles. La spiritualité laïque est “soluble”, pour ainsi dire, dans toutes les familles de pensée, religieuses ou agnostiques. Contenue notamment dans les idéaux du Reiki, elle repose sur trois principaux piliers qui sont :

  • la victoire sur la peur, car la peur est le plus grand obstacle au lâcher-prise et par conséquent à l’amour ;
  • la maîtrise du présent, qui est précisément le contraire de l’esprit de contrôle. Elle consiste en un recentrement constant de l’esprit sur l'”ici et maintenant” ;
  • la vie en harmonie avec l’ordre de l’Univers ou “ordre cosmique. Il s’agit de mener une vie en conformité avec les lois de la nature qui sont gravées dans le cœur de tout être humain sans distinction de culture ou d’appartenance religieuse.

Ces valeurs humaines ne sont nullement incompatibles avec les religions. Toutefois, à la différence de celles-ci, elles ne promettent pas l’immortalité mais une vie réussie et un développement épanouissant aux mortels que nous sommes.

Anne YUNG